Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives soutenances > Soutenances 2019 > Soutenance de thèse : Nicolas Harmand ; vendredi 29 novembre 2019 à 14 heures, "Pertinence et limites des tensions de surface et de ligne pour rendre compte des formes de cellules épithéliales"..

Soutenance de thèse : Nicolas Harmand ; vendredi 29 novembre 2019 à 14 heures, "Pertinence et limites des tensions de surface et de ligne pour rendre compte des formes de cellules épithéliales".

Sauf mention contraire, les séminaires et les soutenances se déroulent à 11h30 en salle 454A du bâtiment Condorcet.


Thèse de Nicolas Harmand effectuée sous la direction de Sylvie Hénon. Soutenance le vendredi 29 novembre 2019 à 14h. Lieu : bâtiment Condorcet, amphithéâtre Pierre-Gilles de Gennes (niveau -1). La soutenance sera suivie d’un pot au 6e étage.

Pertinence et limites des tensions de surface et de ligne pour rendre compte des formes de cellules épithéliales

Résumé :

La compréhension physique de la forme des cellules épithéliales est un défi important pour comprendre divers processus biologiques, comme l’embryogenèse. Le travail présenté dans cette thèse vise à comprendre comment des ingrédients physiques comme les tensions de surfaces peuvent expliquer la forme des cellules épithéliales, par des expériences sur substrats microstructurés, de l’analyse d’images et de la théorie. On a cultivé des cellules épithéliales sur des substrats plats ou courbés et on a exploré l’influence de la courbure du substrat sur la forme de ces cellules, particulièrement l’épaisseur de l’épithélium qui en résulte. Le modèle que l’on propose pour rendre compte de ces mesures d’épaisseur vise à calculer la forme des cellules individuelles au sein d’un épithélium en utilisant des tensions de surface différentes pour les différentes interfaces (tensions de surface cellule-cellule, cellule-substrat et apicale), et une tension de ligne apicale. On a combiné ces mesures avec l’inférence de force dans le tissu en utilisant à la fois la forme des cellules dans le plan de l’épithélium et la forme des jonctions intercellulaires dans l’épaisseur de l’épithélium. On peut alors déduire quels paramètres déterminent la forme tridimensionnelle des cellules et évaluer les valeurs des différentes tensions mises en jeu, en comparant les mesures tridimensionnelles de la forme des cellules avec les prédictions du modèle et les prédictions de l’inférence de force.


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 18 novembre 2019


Dans la même rubrique :