Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives séminaires > Séminaires 2010 > Séminaire MSC 4 oct. 2010 à 11h30. Philippe Brunet (Univ. Lille-1) : "Problèmes de dépiégeage de gouttes sur une surface ou la meilleure façon de glisser".

MSC Seminar 2010 Oct. 4 at 11:30. Philippe Brunet (Univ. Lille-1) : "Problèmes de dépiégeage de gouttes sur une surface ou la meilleure façon de glisser"

Unless otherwise stated, seminars and defences take place at 11:30 in room 454A of Condorcet building.


Room 454A

Une observation de la vie courante montre qu’une goutte posée sur une surface a tendance a subir une force de rétention : en inclinant la surface, la goutte peut se mettre à glisser au delà d’une inclinaison limite ou bien rester accrochée à la surface, même verticale. Cette force de rétention est d’autant plus forte que la surface est rugueuse et/ou sale, et que la goutte est petite. A l’origine de cet accrochage, les imperfections et rugosités du substrat constituent autant de ’pièges’ pour la ligne triple. La conséquence macroscopique de ce piégeage de la ligne triple se mesure aussi avec un hysteresis de l’angle de contact, qui signifie une situation hors d’équilibre par rapport à la prédiction thermodynamique de l’angle de mouillage (loi d’Young). Dans de nombreuses situations pratiques, il est nécessaire de s’affranchir de cette force de rétention et de permettre le déplacement aisé et contrôlé de la goutte. Il existe plusieurs techniques permettant de supprimer partiellement l’hysteresis et l’accrochage : en provoquant le mouvement incessant de la ligne de contact (par vibrations mécaniques, par électromouillage pulsé, ...). Après une revue rapide de ces techniques, je présenterai des travaux récents utilisant les ondes acoustiques de surface (SAW). Ces ondes ultrasonores permettent en outre le mélange chaotique dans la goutte, rendu sinon difficile par son faible volume. Nous tentons d’identifier les mécanismes acousto-fluidiques donnant naissance à la dynamique riche et complexe de la goutte soumise aux SAW, en jouant sur les propriétés du liquide (viscosité, tension de surface, ...) ainsi que sur les propriétés acoustiques de l’onde (fréquence, amplitude).


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 24 September 2010