Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives séminaires > Séminaires 2011 > Séminaire MSC lundi 21 mars 2011 à 11h30. Félix Lebois (MSC-Paris Diderot) : Modulation induite par l’environnement mécanique de la locomotion ondulatoire chez C. elegans.

MSC Seminar 2011 March 21th at 11:30. Félix Lebois (MSC-Paris Diderot) : Modulation induite par l’environnement mécanique de la locomotion ondulatoire chez C. elegans

Unless otherwise stated, seminars and defences take place at 11:30 in room 454A of Condorcet building.


C. elegans est un petit ver nématode non-parasitaire qui sert d’organisme modèle pour la biologie moléculaire et la neuroscience. Il se déplace dans son habitat naturel (habituellement de la matière organique en décomposition) en ondulant à la manière d’un serpent : une onde de courbure se propage depuis la tête vers la queue, assurant ainsi la propulsion vers l’avant. Deux exemples de locomotion ondulatoire ont été décrits dans les conditions de laboratoire. Le ver rampe sur la surface plane d’un gel d’agar, où les forces capillaires le contraignent à deux dimensions ; dans du liquide le ver nage. Ces deux modes de locomotion se distinguent par des formes et des fréquences différentes, sans que l’on sache s’il s’agit de la modulation d’un unique mécanisme ou bien l’expression de différents schémas d’excitation musculaire.

Afin de décrire quantitativement le transition de la nage vers la reptation, nous avons développé un dispositif original. Un ver, initialement immergé dans du liquide, est progressivement confiné entre un gel d’agar et une plaque de verre. Il est ainsi possible d’observer une évolution continue de l’allure du ver depuis la nage libre jusqu’à la reptation avec l’augmentation du degré de confinement. L’observation de l’évolution de la fréquence, de la longueur d’onde et de la courbure du ver avec le confinement ne révèle pas de discontinuité dans le cas de la souche sauvage : nage et reptation résultent simplement de la modulation d’une seule allure. L’observation de souches mutantes met à jour certains des mécanismes neuronaux et moléculaires à l’oeuvre : la régulation de la locomotion en réponse aux changements dans l’environnement mécanique repose sur l’intégration des signaux extérieurs ainsi que sur la proprioception.


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 16 March 2011


Dans la même rubrique :