Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives soutenances > Soutenances 2012 > Soutenance de thèse : Marc-Antoine Fardin ; lundi 9 juillet 2012 à 14 heures, "Des Bandes de cisaillement à la turbulence viscoélastique : une étude en rhéologie".

Soutenance de thèse : Marc-Antoine Fardin ; lundi 9 juillet 2012 à 14 heures, "Des Bandes de cisaillement à la turbulence viscoélastique : une étude en rhéologie"

Sauf mention contraire, les séminaires et les soutenances se déroulent à 11h30 en salle 454A du bâtiment Condorcet.


Soutenance de thèse de Marc-Antoine Fardin effectuée sous la direction de Sandra Lerouge et Gareth McKinley.

Lundi 9 juillet 2012 à 14 heures.

Lieu : Salle des Thèses (salle 580 F) de la Halle aux Farines (5ème étage, hall F ; entrée par le hall E, au 10 rue Françoise Dolto)

Des Bandes de cisaillement à la turbulence viscoélastique : une étude en rhéologie

Résumé : En rhéologie, les solutions de micelles géantes sont utilisées comme systèmes modèles depuis près de trente ans. Elles furent d’abord étudiées aux faibles déformations, pour lesquelles elles se comportent comme des fluides de Maxwell, l’exemple le plus simple de viscoélasticité. Par la suite, il fut découvert qu’aux plus larges déformations, l’écoulement se sépare en bandes de cisaillement. Au cours des vingt années écoulées depuis cette découverte, les écoulements en bandes de cisaillement ont été étudiés par de nombreuses techniques comme la rhéométrie, la vélocimétrie ou encore la biréfringence d’écoulement. Toutefois, un grand nombre de données collectées sur ces systèmes mirent en évidence de nombreuses fluctuations spatiotemporelles imprévues. Dans cette thèse, nous montrons comment la plupart de ces fluctuations peut être la conséquence d’écoulements secondaires jusque là ignorés. Nous montrons que les écoulements secondaires ont pour origine une instabilité purement viscoélastique qui n’avait jusque là été observée que dans les solutions de polymères. Dans un premier temps, l’instabilité génère des écoulements cohérents mais non-triviaux, et à plus hautes déformations, l’écoulement devient turbulent. Nous étudions en détail l’exemple de l’écoulement de Couette cylindrique. Nous adaptons le critère d’instabilité au cas des écoulements en bandes. Cela suggère l’existence de trois catégories d’écoulements en bandes, en fonction de leur stabilité, ce que nous confirmons à travers des expériences sur de nombreuses conditions différentes. En accord avec nos prédictions théoriques, une augmentation de la concentration en micelles ou de la courbure de la géométrie déstabilise l’écoulement, alors qu’une augmentation de la température le stabilise. Mais les expériences suggèrent aussi certains comportements allant au-delà du critère d’instabilité purement viscoélastique. Nous mettons en particulier l’accent sur l’importance potentielle des modes d’interface et l’influence du glissement.

La thèse sera soutenue en anglais.


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 1er juillet 2012


Dans la même rubrique :