Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives soutenances > Soutenances 2012 > Soutenance de thèse : Jonathan Fouchard ; vendredi 23 novembre 2012 à 14 heures, "Relation entre forme, tension et adhésion au cours de l’étalement d’une cellule animale".

Soutenance de thèse : Jonathan Fouchard ; vendredi 23 novembre 2012 à 14 heures, "Relation entre forme, tension et adhésion au cours de l’étalement d’une cellule animale"

Sauf mention contraire, les séminaires et les soutenances se déroulent à 11h30 en salle 454A du bâtiment Condorcet.


Soutenance de thèse de Jonathan Fouchard le vendredi 23 novembre 2012 à 14h, thèse effectuée sous la direction de Atef Asnacios.

Lieu : bâtiment Condorcet, Salle Luc Valentin - 454 A (niveau 4). La soutenance sera suivie d’un pot au 6e étage.

Relation entre forme, tension et adhésion au cours de l’étalement d’une cellule animale

Mots-clés : Mécanique cellulaire, complexes d’adhésion, tension acto-myosine, mécano-sensibilité, étalement cellulaire, micro-plaques.

Résumé :

Chaque cellule d’un animal possède le même génome. Pourtant, ces cellules peuvent avoir des formes et des phénotypes très différents. Or, il a été démontré que l’environnement mécanique peut influencer la forme et même le phénotype cellulaire. On peut donc se demander comment une cellule acquiert une forme, et quelle place joue l’environnement mécanique dans ce processus.

Dans cette thèse, nous avons étudié l’étalement précoce de fibroblastes, événement au cours duquel ces cellules passent d’une forme sphérique, où aucune tension n’est transmise au substrat, à une forme étalée, où les cellules compriment le substrat en transmettant leur tension interne à travers des agrégats de protéines que l’on nomme complexes d’adhésion.

Afin de déterminer comment la formation de ces complexes corrèle avec la tension tranmise au substrat pendant l’étalement, nous avons mis au point un dispositif capable de mesurer les forces de traction cellulaire en géométrie uniaxiale et d’imager la réorganisation des complexes d’adhésion. Ainsi, nous avons pu montrer que lorsque l’étalement est rapide, la force est nulle et aucun complexe d’adhésion n’est formé. Puis la force commence à croître suivie des adhésions, tandis que l’étalement se fait plus lent. La transition entre ces deux phases semble gouvernée par un changement de forme du corps cellulaire lorsque l’angle qu’il forme avec le substrat dépasse 90°.

Nous avons ensuite cherché à savoir comment l’environnement mécanique des cellules pouvait affecter ce scénario en faisant varier la raideur de notre senseur de force, puis en comparant la forme du contact adhésif lorsque la cellule s’étale sur une plaque et entre deux plaques.

Mots-clés

Biophysique, Mécanique des cellules et tissus, mécanotransduction, Adhésion


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 7 novembre 2012


Dans la même rubrique :