Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives séminaires > Séminaires 2013 > Séminaire MSC lundi 16 septembre 2013 à 11h30. Paul Boniface et Nathalie Bufi.

Séminaire MSC lundi 16 septembre 2013 à 11h30. Paul Boniface et Nathalie Bufi

Sauf mention contraire, les séminaires et les soutenances se déroulent à 11h30 en salle 454A du bâtiment Condorcet.


Séminaire interne du lundi 16 septembre 2013, salle 366 A (ATTENTION lieu exceptionnel).

Nathalie Bufi

Mécanique cellulaire et immunité : caractérisation mécanique de cellules présentatrices d’antigènes

Résumé :

La mise en place de la réponse immunitaire adaptative repose sur l’interaction de la cellule T avec des populations cellulaires variées regroupées sous le nom de Cellules Présentatrices d’Antigène. Ce dialogue conduit à la prolifération de la cellule T et à la production de signaux orchestrant la coopération immunitaire, qui varient selon le type de cellule présentatrice rencontrée. Or nous savons depuis peu que la cellule T est capable de répondre à des stimuli mécaniques. La cellule T est-elle alors à même de reconnaître le type de cellule présentatrice d’après des critères mécaniques ? Jusqu’ici, j’ai montré que les Cellules Présentatrices d’Antigènes présentent une large gamme de rigidités, et que leurs propriétés mécaniques peuvent être affectées au cours de leur différenciation, maturation ou en réponse à des signaux inflammatoires. Ces résultats peuvent s’expliquer partiellement par des différences de composition du cytosquelette. Ensemble, ils suggèrent que la rigidité cellulaire peut-être un facteur déterminant dans la réponse immunitaire orchestrée par la cellule T : ce que nous cherchons désormais à mettre en évidence.


Paul Boniface

Instabilité de Kelvin-Helmholtz en Géométrie Rectangulaire.

Résumé : Lorsque deux fluides coulent côte à côte à des vitesses différentes, leur interface est instable. On appelle cette instabilité une instabilité de Kelvin-Helmholtz. Cette instabilité a été longuement étudiée dans beaucoup de géométries, mais que se passe-t-il lorsque qu’on force une instabilité de Kelvin-Helmholtz dans une cuve rectangulaire ?

Nous avons monté une expérience dans laquelle un tapis entraîne la surface d’une cuve d’eau dans un sens, forçant une recirculation d’eau dans le sens contraire. Nous verrons :
- Comment la re-circulation choisit de se faire en fonction des conditions de l’expérience.
- Comment se manifeste l’instabilité de Kelvin-Helmholtz entre l’eau entraînée et l’eau qui recircule, et comment elle se développe en fonction de la géométrie imposée.


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 9 septembre 2013


Dans la même rubrique :