Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives soutenances > Soutenances 2014 > Soutenance de thèse : Nathalie Bufi ; mercredi 24 septembre 2014 à 14 heures, "Rôle de l’inflammation sur la rhéologie des cellules présentatrices d’antigène : perspectives pour l’activation du lymphocyte T.".

Soutenance de thèse : Nathalie Bufi ; mercredi 24 septembre 2014 à 14 heures, "Rôle de l’inflammation sur la rhéologie des cellules présentatrices d’antigène : perspectives pour l’activation du lymphocyte T."

Sauf mention contraire, les séminaires et les soutenances se déroulent à 11h30 en salle 454A du bâtiment Condorcet.


Thèse de Nathalie Bufi effectuée sous la direction de Atef Asnacios.

Soutenance le mercredi 24 septembre 2014 à 14 heures.

Lieu : Condorcet, Amphithéatre Pierre-Gilles de Gennes (niveau -1). La soutenance sera suivie d’un pot au 6ème étage.

Rôle de l’inflammation sur la rhéologie des cellules présentatrices d’antigène : perspectives pour l’activation du lymphocyte T.

Résumé :

L’activation du lymphocyte T est l’étape cruciale qu initie la réponse immunitaire adaptative. Au cours de cette activation, le lymphocyte T entre en contact avec des cellules présentatrices d’antigène d’origine myéloïde, seules capables de déclencher l’engagement des récepteurs du lymphocyte T. De nombreux indices laissent à penser que les propriétés mécaniques des cellules présentatrices jouent un rôle important dans ce dialogue intercellulaire, et le but de cette thèse a été de le démontrer.

Pour cela, nous avons dans un premier temps mesuré les propriétés mécaniques de cellules présentatrices d’antigène myéloïdes, et les variations de ces propriétés après traitement par différents facteurs inflammatoires. Nous y avons découvert que les cellules présentatrices présentent des rigidités significativement différentes, qui évoluent après traitements inflammatoires, et cela indépendamment de l’évolution des marqueurs de présentation antigénique que l’on trouve à leur surface. Nous avons donc identifié la rigidité comme un marqueur possible d’inflammation. A la suite des résultats de ces expériences, nous avons tenté de déchiffrer les mécanismes moléculaires permettant de moduler la rigidité des cellules présentatrices.

Enfin, nous avons mis au point un protocole pour la fabrication de gels mous de rigidité contrôlée, que nous avons ensuite utilisés pour l’activation des lymphocytes T. Les résultats préliminaires de l’influence de la rigidité du substrat sur l’activation du lymphocyte T sont contrastés. Dans l’ensemble, en fournissant la gamme physiologique de rigidité à laquelle le lymphocyte T est soumis lors de son interaction avec les cellules présentatrices, cette étude constitue une base solide pour l’investigation de la mécano-sensibilité du lymphocyte T.


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 19 août 2014


Dans la même rubrique :