Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires > Archives soutenances > Soutenances 2016 > Soutenance d’HDR : Guillaume GRÉGOIRE ; jeudi 8 septembre 2016 à 14h00 : Modèles minimaux aux interfaces de la physique.

Soutenance d’HDR : Guillaume GRÉGOIRE ; jeudi 8 septembre 2016 à 14h00 : Modèles minimaux aux interfaces de la physique

Sauf mention contraire, les séminaires et les soutenances se déroulent à 11h30 en salle 454A du bâtiment Condorcet.


Soutenance d’habilitation à diriger des recherches (HDR) de Guillaume GRÉGOIRE

Modèles minimaux aux interfaces de la physique

Lieu : salle 454A, bât. Condorcet

Date : jeudi 8 septembre 2016 à 14h00

Un pôt se tiendra au 6ème étage.

Résumé

PNG - 273.6 ko

« Les mouvements collectifs d’animaux, les déserts de dunes mobiles et les écoulements de micelles géantes ont ceci de commun que l’injection d’énergie au niveau local conduit à une dynamique collective complexe. Les interactions au niveau microscopique peuvent être inconnues, ou alors sont tellement complexes qu’il est nécessaire de simplifier les ingrédients élémentaires. La modélisation permet de comprendre le poids de chacun des ingrédients sur la dynamique globale. On en obtient ainsi un tableau causal intelligible. C’est le premier intérêt des modèles minimaux.

Mais les concepts d’universalité et de modèles minimaux ont une signification bien établie et plus restreinte dans le cadre de la physique statistique des systèmes à l’équilibre. Ils sont attachés à l’existence de transitions continues. Un cadre théorique équivalent à celui des phénomènes critiques n’existe pas lorsque le système est maintenu loin de l’équilibre. L’analyse des données issues des simulations numériques est habituellement réalisée par analogie en suivant les résultats analytiques obtenus à l’équilibre.

Nous présentons trois cas à différentes étapes du projet de recherche. Dans le cas des mouvements collectifs, nous montrons que les analogies avec les matériaux ferromagnétiques ont mené à des conclusions erronées. Une longue étude critique des simulations numériques a montré que la transition est discontinue. Une instabilité dans les assemblées en mouvement produit un motif spatio-temporel similaire à une onde solitaire. D’autres études récentes proposent une nouvelle analogie avec les phases smectiques.

Les modèles de déserts de dunes permettent d’ordonner les effets des différentes interactions entre dunes. Ainsi, nous avons donné une explication à l’auto-organisation des déserts. Lorsque les modèles sont étudiés sans prendre en compte leur dimension géophysique, nous obtenons des comportements déjà observés dans d’autres modèles de physique statistique hors d’équilibre : percolation, réaction-diffusion, transfert de masse. Cependant nous montrons qu’aucune analogie ne permet d’expliquer de manière convainquante nos résultats.

Enfin, considérant les écoulements de solutions de micelles géantes, nous proposons un modèle minimal permettant de mieux comprendre les mécanismes à l’oeuvre dans les écoulements en bande de cisaillement. »


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 30 août 2016


Dans la même rubrique :