Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Actualités > Fanny Mousseau reçoit le prix de thèse 2018 du Labex SEAM.

Fanny Mousseau reçoit le prix de thèse 2018 du Labex SEAM

Le Labex SEAM a attribué son prix de la meilleure thèse 2018 à Fanny Mousseau, doctorante sous la direction de Jean-François Berret. La thèse dont le titre complet est :

Le surfactant pulmonaire, une barrière déterminante de la réponse des cellules à l’exposition aux nanoparticules

porte sur l’interaction entre les nanoparticules et les fluides pulmonaires.

Le laboratoire la félicite ainsi que son directeur de thèse.

Résumé de la thèse

Les particules fines émises par l’activité humaine sont la cause de diverses pathologies pulmonaires et cardiaques. Les particules de taille inférieure à 100 nm, appelées nanoparticules, sont particulièrement nocives car une fois inhalées, elles peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires, lieux des échanges gazeux. Dans les alvéoles, les nanoparticules entrent d’abord en contact avec le surfactant pulmonaire. Ce fluide biologique tapisse les cellules épithéliales des alvéoles sur une épaisseur de quelques centaines de nanomètres et est composé de phospholipides et de protéines, les phospholipides étant assemblés sous forme de vésicules et corps multi-lamellaires.

Dans ce travail, nous avons sélectionné des nanoparticules modèles de nature différente connues pour leur toxicité cellulaire (latex, oxydes métalliques, silice). Leur interaction avec un fluide pulmonaire mimétique administré aux prématurés (Curosurf®) a été étudiée en détail par microscopie optique et électronique, et par diffusion de la lumière. Nous avons mis en évidence que cette interaction est non spécifique et d’origine électrostatique. La diversité des structures hybrides obtenues entre particules et vésicules témoigne cependant de la complexité de cette interaction. En contrôlant cette interaction, nous avons formulé des particules couvertes d’une bicouche supportée de Curosurf® qui possèdent des propriétés remarquables de stabilité et de furtivité en milieu biologique.

Dans une seconde partie, nous avons étudié le rôle du surfactant pulmonaire sur l’interaction entre particules et cellules épithéliales alvéolaires (A459). A l’aide d’expériences de biologie cellulaire réalisées in vitro, nous avons observé que la présence de surfactant diminue de manière significative le nombre de particules internalisées par les cellules. Dans le même temps, nous avons constaté une augmentation importante de la viabilité cellulaire. Une conclusion majeure de notre travail concerne la mise en évidence du rôle protecteur joué par le surfactant pulmonaire dans les mécanismes d’interaction des nanoparticules avec l’épithélium alvéolaire.

Mots clés : poumon, surfactant pulmonaire, nanoparticule, Curosurf®, bicouche lipidique supportée, agrégat, cellules A549, toxicité, internalisation.


Contact : Published on / Publié le 6 novembre