Partenaires

MSC
Logo CNRS Logo Université Paris Diderot
Logo tutelle Logo tutelle



Поиск

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


На главную > Séminaires > Archives soutenances > Soutenances 2018 > Soutenance de thèse : Raphaël Ponthieu ; jeudi 29 novembre 2018 à 14 heures 00, "Les fourmis et les machines : interfacer systèmes vivants et systèmes artificiels".

Soutenance de thèse : Raphaël Ponthieu ; jeudi 29 novembre 2018 à 14 heures 00, "Les fourmis et les machines : interfacer systèmes vivants et systèmes artificiels"

Sauf mention contraire, les séminaires et les soutenances se déroulent à 11h30 en salle 454A du bâtiment Condorcet.


Thèse de Raphaël Ponthieu effectuée sous la direction de Pascal Hersen (MSC) et José Halloy (LIED).

Soutenance le jeudi 29 novembre 2018 à 14h00.

Lieu : bâtiment Condorcet, amphithéâtre Pierre-Gilles de Gennes (PGG, niveau -1). La soutenance sera suivie d’un pot au 6e étage.

Les fourmis et les machines : interfacer systèmes vivants et systèmes artificiels

Résumé :

PNG - 11.4 kb

Au sein du règne animal les insectes sociaux fascinent les humains. En particulier les fourmis, capables de s’adapter à des environnements très variés et d’utiliser le biotope à leur avantage. L’observation de pratiques que l’on a longtemps pensées exclusives à l’humain telles que l’agriculture (de champignons) ou l’élevage (de pucerons) ne rend que plus urgente l’envie de comprendre de quelle manière s’opèrent ces phénomènes. Il s’avère que les fourmis réalisent certaines tâches de manière différente des humains. Par exemple pour trouver le chemin le plus court vers de la nourriture ou le meilleur nid vers lequel migrer, la colonie peut faire son choix de manière collective, décentralisée et sans avoir besoin que les individus ne comparent les options. Ces mécanismes de choix collectifs, une fois mis au jour, ont pu inspirer les informaticiens pour la création d’algorithmes de recherche de chemin le plus court basés sur les mêmes mécanismes. Mon travail a consisté à élaborer et utiliser de nouvelles méthodes pour l’étude des fourmis. Deux objectifs complémentaires ont été fixés pour le conduire : réaliser un système biohybride et essayer de contrôler le comportement des fourmis. Le premier objectif consiste à se demander ce qu’il pourrait se passer si l’on connectait une colonie de fourmis à un ordinateur. De nouveaux comportements émergeraient-ils ? Les fourmis pourraient-elles s’adapter à ce que fait l’ordinateur ? Et inversement ? J’ai pour cela conçu des dispositifs permettant l’interaction entre ces deux entités. Il s’agissait dans un premier temps de donner la vue à l’ordinateur sur ce que fait la colonie de fourmis. Il fallait ensuite fournir à l’ordinateur des moyens d’action sur la colonie. Pour cela j’ai conçu et mis à l’épreuve des outils de suivi de l’activité de la colonie, ainsi que des environnements modulaires où évoluent les fourmis. J’ai créé un dispositif de suivi et d’analyse d’image embarqué sur micro-ordinateur et grâce à l’impression 3D j’ai fabriqué des modules de différentes tailles qui peuvent être assemblés afin de former un environnement structurellement varié. Afin que l’ordinateur puisse agir sur les fourmis, j’ai choisi de lui donner la possibilité de modifier les conditions environnementales, en particulier la température. Une fois le système conçu j’ai réalisé des expériences afin de savoir ce que les changements locaux de température induisent sur le comportement des fourmis. La caractérisation du comportement face à des changements de température apporte un éclairage sur la relation des fourmis à leur environnement. Cela a ensuite permis d’explorer les questions de contrôle du comportement des fourmis par une machine. L’usage de la température ayant démontré sa capacité à moduler localement le taux de présence des fourmis, j’ai pu ensuite prouver qu’il était possible de confiner une fourmi dans une zone prédéfinie. Enfin, j’ai mis en place une boucle de contrôle où la température utilisée pour confiner la fourmi dépend de son activité en temps réel. Cette dernière expérience permet de mettre en lumière la complexité du rapport des fourmis à leur environnement et ouvre de nouvelles perspectives dans la continuité de ce travail. Cette thèse a permis d’éclaircir des thématiques nouvelles appliquées aux fourmis, qui sont celles des systèmes biohybrides et du contrôle du vivant et de mettre en évidence les directions accessibles à l’avenir. Au cours de cette recherche de nombreux outils ont été conçus et documentés afin qu’ils puissent être utilisés dans d’autres contextes.


Contact : Équipe séminaires / Seminar team - Published on / Publié le 9 ноября 2018


В той же рубрике :