Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

publications:2019epitheliumproliferationmotion [2019/12/09 16:08] (Version actuelle)
cgay créée
Ligne 1: Ligne 1:
 +====== Proliferation and motion in epithelia ======
 +
 +**Influence de la prolifération sur le mouvement des monocouches épithéliales envahisant une bande adhérente**\\ ​
 +**Influence of proliferation on the motions of epithelial monolayers invading adherent strips**\\ ​
 +Estelle Gauquelin , Sham Tlili, Cyprien Gay, Grégoire Peyret, René-Marc Mège, Marc Fardin, Benoit Ladoux [[:​collaborateurs|(contacts)]]\\
 +//​[[https://​pubs.rsc.org/​en/​content/​articlelanding/​2019/​SM/​C9SM00105K|Soft Matter]]// **15 (13)** ​  ​2798-2810 (2019)
 +- [[https://​dx.doi.org/​10.1039/​c9sm00105k|doi]]
 +- [[publications:​bibtex|BibTeX]]\\
 +**[[https://​hal.archives-ouvertes.fr/​hal-02348590v1|HAL]]**.\\
 +
 +
 +**Abstract / Résumé**
 +
 +Biological systems integrate dynamics at many scales, from molecules, protein complexes and genes, to cells, tissues and organisms. At every step of the way, mechanics, biochemistry and genetics offer complementary approaches to understand these dynamics. At the tissue scale, in vitro monolayers of epithelial cells provide a model to capture the influence of various factors on the motions of the tissue, in order to understand in vivo processes from morphogenesis,​ cancer progression and tissue remodelling. Ongoing efforts include research aimed at deciphering the roles of the cytoskeleton,​ of cell-substrate and cell–cell adhesions, and of cell proliferation-the point we investigate here. We show that confined to adherent strips, and on the time scale of a day or two, monolayers move with a characteristic front speed independent of proliferation,​ but that the motion is accompanied by persistent velocity waves, only in the absence of cell divisions. Here we show that the long-range transmission of physical signals is strongly coupled to cell density and proliferation. We interpret our results from a kinematic and mechanical perspective. Our study provides a framework to understand density-driven mechanisms of collective cell migration.
 +
 +Dans les systèmes biologiques,​ les échelles de dynamiques sont nombreuses, depuis les molécules, les protéines complexes et les gènes, jusqu'​aux cellules, aux tissus et aux organismes. À chaque étape sur ce chemin, la mécanique, la biochimie et la génétique offrent des approches complémentaires pour comprendre ces dynamiques. À l'​échelle du tissu, les monocouches in vitro de cellules épithéliales fournissent un modèle pour capturer l'​influence de divers facteurs sur les mouvements du tissu afin de comprendre les processus in vivo de la morphogenèse,​ la progression du cancer et le remodelage tissulaire. Parmi les efforts actuels, on cherche à déchiffrer le rôle du cytosquelette,​ des adhésion cellule-substrat et cellule-cellule,​ et de la prolifération cellulaire - ce que nous investiguons ici. Nous montrons que lorsqu'​elles sont confinées à des bandes adhérentes et sur une durée d'un ou deux jours, les monocouches se déplacent avec une vitesse caractéristique de front indépendante de la prolifération,​ mais que le mouvement s'​accompagne,​ uniquement en l'​absence de divisions cellulaires,​ d'​ondes de vitesse persistantes. Nous montrons ici que la transmission de signaux physiques à longue distance est fortement couplée à la densité de cellules et à la prolifération. Nous interprétons notre résultat d'un point de vue cinématique et mécanique. Notre étude fournit un cadre de compréhension des mécanismes de migration cellulaire collective pilotés par la densité.
 +
 +
  
 
publications/2019epitheliumproliferationmotion.txt · Dernière modification: 2019/12/09 16:08 par cgay
 
Recent changes RSS feed Creative Commons License Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki