photo

Séminaire MSC
"Matière et Systèmes Complexes"

                      

Lundi 30 mars 2009 à 11h30
Bâtiment Condorcet, 4ème étage, salle 454 A.

José Bico
(PMMH, ESPCI)


Origami capillaire


Le pelage d’un chien qui sort de l’eau s’agrège en touffes : ceci est un exemple commun de l’effet des forces capillaires sur des structures élastiques. D’un point de vue pratique, la déformation de structures flexibles par les forces de tension de surface peut conduire à de graves dommages sur des microsystèmes mécaniques (à petite échelle, les forces capillaires deviennent prépondérantes). Cependant ce collage permet également l’auto-association de microstructures selon des motifs bien définis. Au delà de la flexion de tiges, que se passe-t-il si on pose une goutte d’eau sur une feuille très flexible ? La feuille peut-elle enrober spontanément la goutte ? Nous déterminerons quel est le critère d’enrobage et décrirons les différentes formes obtenues. En particulier, nous montrerons comment un tel mécanisme d’origami capillaire peut s’avérer pertinent pour l’élaboration de micro-structures tridimensionnelles à partir de patrons bidimensionnels.