photo

Séminaire MSC
"Matière et Systèmes Complexes"

                      

Mercredi 12 novembre 2008 à 11h30
Bâtiment Condorcet, 4ème étage, salle 454 A.

Carine Douarche
(Rockefeller Univ., NYC)



E. coli et l’oxygène, étude d’une transition de phase

La respiration ou certains processus d’oxydation plus complexes sont des fonctions vitales communes à tous les êtres vivants. Parmis toutes ses propriétés, Escherichia coli a la capacité de pouvoir vivre et se diviser en présence et en l’absence d’oxygène. La transition entre ces deux états (aérobiose et anaérobiose) nécessite un réseau sophistiqué de protéines, mais la question qui est posée ici concerne plutôt un aspect biophysique de cette transition: comment la motilité de E. coli est affectée par la concentration locale d’oxygène? Cette question n’est pas nouvelle mais une expérience aussi simple que de fermer et d’ouvrir un échantillon permet d’obtenir des résultats étonnants. Une mesure simultanée du coefficient de diffusion des bactéries et de la concentration locale d’oxygène dans l’échantillon montre que: 1) la transition aérobie-anaérobie est rapide, réversible et quasi-binaire entre un état motile et un état non-motile 2) la pénétration de
l’oxygène dans une colonie de bactéries anaérobies génère un front de bactéries nonmotiles qui se propage avec une vitesse très lente. Cette approche quantitative illustre l’adaptation des bactéries à l’oxygène, un des principaux moteurs de l’évolution.