photo

Séminaire Exceptionnel
"Matière et Systèmes Complexes"

                      

Mardi 12 février 2008 à 11h30
Bâtiment Condorcet, 6ème étage, salle 646 A.


Frédéric Gobeaux
(Departement de Physique, Brandeis University, USA)


Autoassemblage du collagène de type I en phases denses

 

 

Le corps des vertébrés est structuré et maintenu en place par les tissus conjonctifs, dont le composant le plus important est le collagène de type I: il représente en effet près de 30% en masse du total des protéines. À ce titre, le collagène participe à la structuration de tissus très variés comme les os, la peau ou encore la cornée, chacun présentant une architecture spécifique répondant à leur fonction.

Notre travail s’inscrit dans un projet de compréhension de la morphogenèse tissulaire du simple point de vue physico-chimique ; en effet, nous nous sommes placés dans un contexte acellulaire (in vitro) afin d’étudier l’influence de divers paramètres sur l’auto-organisation des molécules de collagène dans des structures hiérarchisées.

 

Dans un premier temps, nous nous sommes consacrés à l’étude de la transition phase cristal-liquide isotrope/cholestérique qui est observée dans les solutions colloïdales de collagène solubilisé en milieu acide.

Ensuite, nous avons cherché à déterminer l’influence de quelques paramètres physico-chimiques simples sur la formation de gels fibrillaires (la « fibrillogenèse ») qui conservent l’organisation tridimensionnelle à longue portée des solutions précédemment considérées.

Enfin, nous présentons quelques tentatives de minéralisation de ces matrices fibrillaires ordonnées ; nous y montrons comment nous avons réussi à obtenir une phase minérale (hydroxyapatite) coalignée avec la phase organique.

 

Dans l’ensemble, ces résultats montrent que les propriétés physico-chimiques intrinsèques de la molécule de collagène permettent de reconstituer des matériaux dont la structure s’approche de celle des tissus vivants.