photo

Séminaires MSC
"Matière et Systèmes Complexes"

                      
Lundi 15 janvier 2007 à 11h30
Tour 33, couloir 33-43, 2ème étage, salle de réunion

Nicolas Huang
(LPS-ENS)

Rhéologie des pâtes granulaires

L'image classique pour les pâtes granulaires est qu'il y a une transition d'un écoulement frictionnel vers un écoulement lubrifié lors de l'augmentation du taux de cisaillement. Nous montrons qu'il existe en réalité une transition d'un écoulement localisé vers un écoulement non-localisé. Le paramètre pertinent caractérisant cette transition est le nombre de Leighton, qui est le rapport entre les forces lubrifiée et frictionnelle. Ce nombre définit un taux de cisaillement critique
en-dessous duquel aucun écoulement stationnaire sans localisation ne peut exister. Par ailleurs, en menant à la fois des expériences en IRM et des expériences en rhéologie classique, nous définissons une viscosité pour les pâtes granulaires. Il faut pour cela tenir compte de la migration des particules vers les zones faiblement cisaillées lors de l'écoulement, migration qui engendre un profil de concentration des particules. La viscosité est donnée par une loi constitutive qui fait intervenir
l'équation de la courbe d'écoulement et la relation de Krieger-Dougherty. Enfin, des suspensions rhéoépaississantes de fécule de maïs présentent
également une transition d'un régime localisé vers un régime non-localisé autour d'un seuil de rhéoépaississement.