Voici les animations citées dans mon livre "De l'Oeuf à l'éternité"

Un livre étant par essence inanimé (sinon par le feu ardent de son auteur), j'ai disposé sur ce site quelques animations permettant de visualiser ce qui se passe au cours de la formation des animaux, et au cours de l'évolution du crâne humain. Vous pouvez donc trouver ici deux types d'animations : des animations de ce qui se passe dans un disque organisé en bandes lorsque ces bandes sont mises en mouvement dans un écoulement constitué de deux dipôles tête bêche (ce calcul décrit, certes grossièrement, ce qui se passe au moment de l'établissement des parties d'un animal). Pour faire ces images, j'ai utilisé comme condition initiale un disque "mathématique", pour ainsi dire "tracé au compas". Le second type d'animations, basé à peu près sur les mêmes équations mathématiques, donne l'évolution du crâne. Pour faire ces animations, j'ai utilisé comme condition initiale des images authentiques de crânes de préhominiens.

Il me semble que ces animations éclairent le problème de l'évolution. En outre, on comprend comment des animaux différents vont surgir d'une dynamique légèrement différente (animal plus ou moins élancé, pattes plus ou moins enroulées etc.) Enfin, on comprend que les cellules de la blastula (le disque ou boule originel) rejoignent leur place définitive après une migration déterminée, mais qu'il est très difficile de reconstruire si l'on ne visualise pas l'ensemble du phénomène.La biologie utilise fréquemment des vocables tels que "the development is exquisitely regulated". Je crois que sans régulation, on peut aussi faire des choses très complexes (la preuve). Ce qui est régulé c'est plutôt l'accordéon de bandes. Ensuite, les enroulements créent des vertèbres, des clavicules, des omoplates etc. qui ne sont pas en eux-mêmes régulés (pas de gène de l'omoplate, pas de gène du bassin, pas de gène de la vertèbre etc.)

Animation de la formation des bourgeons de membres. Ces animations prétendent montrer que la formation d'une strucure "emberlificotée" de fibres (genre muscles nerfs etc.) présentant un ordre de type "tétrapode" est en fait très simple à obtenir. Avec l'image de cette simulation, on comprend qu'un animal organisé par un tourbillon de cette sorte se déplacera après sa formation en faisant de la brasse. En effet, la topologie des mouvements qui l'ont constitué sert ensuite à contracter les champs de fibres (en plus clair : les cellules musculaires empruntent le même patron que les cellules qui ont tracé les champs d'alignement=> ça remue comme ça s'est formé; quand vous tournez vos bras, vous retrouvez le mouvement qui les a formés. Charger l'animation
Animation de la formation d'une sorte de grenouille de base (en fait, elle n'a pas de tête, contrairement aux apparences. Il s'agit plutôt de la forme du corps entre les fesses et les épaules). Charger l'animation
Dans l'animation précédente, les termes de tourbillon sont maintenus fixes. En fait, l'hydrodynamique vous enseigne que les sources de force étant elles-mêmes déplacées par l'écoulement (auto-consistance), il faut déplacer les tourbillons dans le mouvement créé par les autres. Ceci induit en fait une collision de tourbillons, que je reproduis dans l'animation figurant ici. Ainsi, la collision des mouvements induit un allongement dans la direction tête-queue, en plus de l'enroulement autour des épaules et du bassin. Charger l'animation
Autre animation, un peu du même genre, avec des tourbillons légèrement décalés par rapport aux précédents. Il faut comprendre que, tandis que se produisent ces mouvements, l'embryon plie, en sorte que se forment dans la région des tourbillons ce qu'on appelle en biologie la plaque latérale, censée induire la formation des pattes. Charger l'animation
Autre animation, dans laquelle on tient compte de l'ouverture du premier sillon. Pendant la phase d'ouverture du premier sillon, une partie de la blastula s'engouffre sous l'embryon (pour devenir le sac vitellin). Pendant cette phase, l'écoulement n'est pas conservatif, et il faut utiliser deux dipôles indépendants pour caluler l'évolution du blastodisque.

Bon, d'accord, dis comme ça c'est du charabia, mais j'emploie à dessin les termes techniques pour les spécialistes. Pour les non spécialistes : l'allongement vers l'arrière des animaux (initialement ronds) est dû à un écoulement tourbillon particulier qui entraîne une partie de la matière "vers le dedans". L'animation montre donc ce qu'il reste au-dessus. Si vous avez la sensation, dans l'animation, que ça se rétrécit à l'arrière, tout en s'allongeant, c'est vrai. Ce qui a disparu s'engouffre au centre pour faire des parties internes de l'embryon. Charger l'animation

Autre animation, montrant ce qu'il advient d'une distribution régulière de segments, quand elle passe dans un écoulement hyperbolique. On retrouve grossièrement la variation bien connue de la distribution des vertèbres. Dans mon modèle, la segmentation est mise d'office, et est entraînée dans les écoulements, ce qui permet de comprendre directement le phénomène (on sépare deux pbs : la segmentation et l'advection). Dans la réalité, la segmenttion apparaît peu à peu, pendant l'écoulement lui-même. Au lieu d'entraîner des barreaux tout faits dans un écoulement, il vaudrait mieux coupler les deux phénomènes, mais le cas traité ici est un cas limite où les segments sont déjà bien formés lorsqu'ils subissent l'influence du champ de déformation hyperbolique. Charger l'animation
Autre animation, montrant ce qui peut se produire lorsque certains paramètres (un ou deux pas plus) sont modifiés dans le modèle. Ici en introduisant une contraction dans la région anale de la blastula, l'extension convergent de l'embryon génère des plis caudaux ayant la forme (?) d'une nageoire caudale de cétacé Charger l'animation
Autre animation, montrant comment se déforme un lacet circulaire dans un écoulement de type "extension-convergente". En admettant que la traction au cours des premiers mouvements de la blastula crée un pli qui entoure le premier sillon (fait observé) on peut alors faire glisser ce pli dans le champ de vitesse créé par l'extension-convergente. On observe que le pli, transporté dans cet écoulement s'allonge vers la queue en se refermant dans la région caudale, tandis que la partie avant reste bien ouverte, tout en butant sur une sorte de "fer-à-cheval" ou bien de "bourrelet". Ce comportement est obtenu avec une primitive rendant compte analytiquement de la force d'extension induite par des cellules identiques essayant de s'intercaler le long du sillon Antero-posterieur médian de l'embryon. Les cellules son supposées identiques, seul le point de traction neutre est utilisé comme paramètre (ça revient, en gros, à placer "à la main" la position du nombril). Ainsi, la situation observée dans les embryons de vertébrés (fermeture de la crête neurale du côté de la queue, maintient d'une partie cérébrale ouverte plus tardivement avec formation d'une zone oculaire en fer-à-cheval, peut n'être qu'une conséquence presque triviale du transport d'un pli dans un écoulement "tout bête" que l'on peut calculer analytiquement. En raison d'un appauvrissement des points de la simulation pendant l'étirement, des lignes apparaissent qui tracent spontanément les lignes d'émission de l'écoulement, On voit se former les trajectoires correspondant au nombril, aux artères dorsales etc. Charger l'animation
Animation du mouvement de Dickinsonia, au cours de l'évolution. J'ai pris un fossile connu, Dickinsonia et je l'ai animé pour montrer comment un enroulement peut produire quelque chose comme des petites articulations à partir d'un animal en forme de lentille. NB : il existe des trilobites presque rigoureusement symétriques par rapport à leur centre hyperbolique (voir sites de trilobites). Charger l'animation
Animation d'un crâne de habilis vers le passé et vers le futur. Un calcul qui prétend prédire l'évolution des crânes peut prédire également ce qu'ils étaient dans le passé : il suffit de faire courir le programme à l'envers (changer dt en -dt). Ici, j'ai pris un homo habilis de référence, je l'ai mouliné vers le passé (avec des tourillons negatifs) et vers l'avenir (avec des tourbillons positifs) Puis j'ai collé les deux animations, de façon à reproduire l'enchainement autour de habilis C'est pas trop trop mal, pour un travail de sept minutes,(c'était pour répondre à une question sur un forum) mais je ne suis pas content quand même du front. Il faudrait améliorer la description du champ de vecteur, en tenant compte de la composante monopolaire (dilatation) en plus de la composante dipolaire. mais ça a le merite d'expliquer la logique. C'est peut être effroyablement compliqué, d'écrire le bon champ de vecteur, mais le phénomène est simplissime (même problème que le calcul d'une canette ecrasé: phénomène simple, calcul impossible). Charger l'animation
Animation d'un crâne de homo habilis vers le passé C'est le même que ci-dessus, mais en ne retenant que le calcul vers le passe, il est fait avec des tourbillons allant vers le passe (NB en fait la notion de passe ou d'avenir n'a pas vraiment de sens pour les formes. L'orientation de l'evolution est fixée, pas son amplitude (en positif ou negatif) Dans le monde reel, on pourrait observer cette sequence d'évenements vers le futur (sorte d'evolution à l'envers). Sauf que les animaux avec un plus petit cerveau étant défavorisés, l'évolution observée, enveloppe des évolutions possibles va vers le futur. Charger l'animation
Animation d'un crâne de homo habilis vers le futur. Notez le gonflement du crâne, l'enroulement vers l'arrière et vers l'avant, le recul de la mâchoire et la projection sur le devant de la face des yeux. Ce calcul est purement conservatif : ce qui est pris dans la région de la mâchoire sert à faire plus de crâne. Dans la réalité, il existe également une composante non-conservative. En fait, le simple fait de maintenir plus longtemps la région du cerveau en mouvement permet, en outre, aux termes non-conservatifs de s'exprimer plus longuement. Les termes non conservatifs ajoutent une composante de dilatation (genre ballon-de-baudruche). NB : la tête est tendue comme un ballon, en cours de croissance. Il suffit de couper la tête d'une embyon dans la région du cou pour la voir se dégonfler comme un ballon de foot crevé. (NB : je ne parle pas d'embryons humains, bien entendu, il s'agit de poulet). Charger l'animation
La citation de la page (entendu en cours de mécanique quantique : "Heisenberg et son problème sexuel : quand il avait le temps, il avait pas l'énergie, quand il avait la position, il avait pas la vitesse." Maître de conférences gardant l'anonymat.
Retour à la page de présentation-Back to front page